Site de rencontre indien de france

rencontres homme veuf

Ils ont beau être jeunes et aisés, la question du «bon mariage» reste une angoisse qui traverse les générations et avec laquelle on ne badine pas en Inde.

C'est pourquoi la plupart des mariages sont toujours arrangés», explique au Figaro Anupam Mittal qui n'a aucun lien de parenté avec celui qui a avalé Arcelor. Physique de play-boy, fort accent américain hérité d'un long séjour à Boston, Mittal sait de quoi il parle : «J'ai reçu il y a quelques années la visite d'un ghatak, un prêtre de famille chez les Bengalis, dont le rôle consiste, arbres généalogiques et horoscopes à l'appui, à proposer les alliances les plus avantageuses.

rencontre habitat participatif grenoble

Des rencontres oui, mais dans lesquelles la famille au sens large a donc toujours son mot à dire… Shaadi. On y met au point les détails et l'on discute… gros sous.

homme cherche femme en suisse

Entre les droits d'entrée d'environ 75 dollars par an, les produits dérivés tels que les fleurs, l'organisation de la lune de miel clés en main, ou la vente de batteries de casseroles, le business du mariage est lucratif : 35 millions de dollars de chiffre d'affaires l'année dernière.

Anupam Mittal est désormais à la tête et actionnaire majoritaire, aux côtés d'un fonds d'investissement américain d'un petit empire baptisé Peoplegroup, qui décline des sites d'astrologie, de téléchargements de sonneries pour mobile, de la production de films ou une déclinaison indienne de Facebook. Mais il est toujours célibataire.

Sotchi, les folies de la Riviera russe

Voir aussi